Parc de Sainte-Baume : joyau patrimonial et culturel de la région Sud

Article de du vendredi 7 août 2020

Régis Cintas Flores

Développement durable, Tourisme |

Aux portes de Marseille, le Parc régional de la Sainte-Baume est un écrin de la biodiversité mondialement connu et très apprécié des visiteurs. Fermé au public en raison d’un risque d’éboulement, le sanctuaire historique du site, la grotte de Sainte-Marie-Madeleine, bénéficie du soutien de la Région Sud pour sa réhabilitation et sa valorisation.

Millénaire, la forêt de la Sainte-Baume est un haut lieu du tourisme provençal. Chaque année, près de 500 000 visiteurs parcourent le parc en randonnée ou en vélo, idéal pour y découvrir la biodiversité terrestre des lieux. Montagne unique qui se déploie sur plus de 12 km de long, le massif de la Sainte-Baume domine la Basse-Provence. En son sein réside une forêt d’exception à la biodiversité remarquable comprenant 219 espèces animales protégées et 1 500 espèces végétales : hêtre, chêne blanc, tilleul, érable d’Italie, if, houx, lis martagon, muscardin, couleuvre d’Esculape, pic noir, rosalie des Alpes, aigle de Bonelli… En 2018, la forêt domaniale de la Sainte-Baume reçoit le label de Forêt d’Exception. Elle devient ainsi la 10e forêt française à recevoir ce label qui distingue une gestion d’excellence des forêts domaniales reconnues pour leur patrimoine unique en termes de biodiversité, de paysages, d’histoire ou de bois de grande valeur.

Une montagne sacrée

Cette montagne sacrée est propice au tourisme spirituel avec son haut-lieu de pèlerinage depuis le 13e siècle. Aujourd’hui, ce sont les frères Dominicains qui jouent le rôle d’accueil et de gardien du site. De sa richesse naturelle exceptionnelle et la symbolique des lieux se dégagent une atmosphère particulière qui invite au ressourcement et à la méditation. D’après la tradition provençale, Marie-Madeleine aurait vécu les 30 dernières années de sa vie dans la grotte qui a donné son nom au massif. L’histoire de la Sainte-Baume est étroitement liée à celle des comtes de Provence qui ont découvert les reliques attribuées à Marie-Madeleine et fait édifier la Basilique de Saint-Maximin, considérée comme le 3e tombeau de la chrétienté. Dans le cadre du Plan Climat régional « Une Cop d’avance », les Parcs naturels régionaux sont jumelés avec des parcs à l’étranger. Celui de la Sainte-Baume est jumelé tout naturellement avec le mont Fuji au Japon qui allie également tourisme et spiritualité.

Quand la Sainte Baume devient un Parc régional naturel 

Le Parc naturel de la Sainte-Baume est né en 2017 avec pour vocation de dynamiser les activités économiques du territoire tout en protégeant les paysages, la nature et en mettant en valeur le patrimoine culturel. Il rejoint les autres Parcs naturels régionaux qui représentent l’une des premières compétences des Régions en matière d’aménagement et d’environnement. En région Sud, on compte 9 Parcs naturels régionaux au total : Camargue (1970), Luberon et Queyras (1977), Verdon (1997), Alpilles (2007), Préalpes d’Azur (2012), Baronnies provençales (2015), Sainte-Baume (2017) et récemment le Verdon (2020). Tous les Parcs sont des pionniers du Plan Climat en menant des actions qui ont les objectifs suivants : atteindre une région neutre en carbone, être un moteur de croissance, préserver le patrimoine et bien vivre en Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Réhabilitation et valorisation de la grotte Sainte-Marie-Madeleine

Le sanctuaire historique de la Sainte-Baume, également connu sous le nom de la grotte de Sainte-Marie-Madeleine, est aujourd’hui fermé au public pour risque d’éboulement. Pour conserver le patrimoine naturel, la Région apporte son soutien à la commune du Plan d’Aups ainsi qu’au Parc naturel de la Sainte-Baume. Objectifs : sécurisation, réhabilitation et valorisation de ce lieu et plus largement sur l’avenir du Parc naturel régional.

Fermeture au public de la grotte de Marie Madeleine

En attendant sa réhabilitation, la grotte de Sainte-Marie-Madeleine est aujourd’hui fermé au public pour risque d’éboulement depuis le 23 juin dernier.

LES CHIFFRES CLÉS DU PARC DE LA SAINTE-BAUME

•    Une montagne de 12 km de long et de 1 148 m d’altitude

•    10e forêt française à obtenir le label Forêt d’exception en 2018

•    80 % d’espace naturel (12 % de terres cultivées et 70 % en territoire forestier)

•    1 500 espèces végétales 

•    219 espèces animales protégées

•    500 000 visiteurs par an


Opinions des lecteurs

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.* Champs requis



UNITED RADIO

Current track

Title

Artist

Background