Le pavé dans la marre de René Beauchamp contre la stratégie de la FSU

Article de du mardi 4 février 2020

Depuis plusieurs semaines, de nombreux établissements scolaires sont fermés et des piquets de grève sont observés pour rappeler le mouvement social en cours. Ils sont pour la plupart du fait des militants de la FSU dont la stratégie est aujourd’hui directement critiquée par les autres syndicats

FJO avec P. Gonfier et R. Defrance


Hier, la FSU tenait une Assemblée Générale dans un restaurant des Abymes. Objectif : Garder les troupes mobilisées et « sortir par le haut avant les vacances de carnaval ».


150 profs et agents ont répondu présents à cette AG.


La FSU a assuré qu’elle ne s’intéresse pas plus à la réforme des retraites qu’à l’éducation des enfants.


Le syndicat rappelle d’ailleurs qu’il se bat depuis des années pour que la Guadeloupe soit classée en REP+, Réseau d’Éducation Prioritaire.

©guadeloupe

Mais cette stratégie de la FSU est particulièrment critiquée par d’autres, ouvertement ou pas pour ne pas mettre à mal l’union sociale qui a cours en ce moment. René Beauchamp lui a choisi de mettre les pieds dans le plats et d’exprimer librement ce que d’autres murmurent. Dans une tribune libre l’ancien leader du SPEG (anciennement nommé SGEG) parle même d’iresponsabilité syndicale 

De l’aventurisme syndical à l’irresponsabilité


Sentant venir l’échec de sa stratégie syndicale consistant à imposer son hégémonie par le blocage des établissements scolaires en mettant en avant comme seule revendication le retrait de la réforme des retraites par répartition et par points, aujourd’hui la FSU tente de se justifier en avançant sa revendication jusqu’alors mis en retrait : le demande de transformer l’académie de Guadeloupe en Zone d’Education prioritaire (ZEP). 


Cette demande part du principe que ce n’est pas le système scolaire appliqué en Guadeloupe qui est  en échec mais que ce sont les enfants guadeloupéens qui sont, de part leur réalité culturelle, historique et sociale, inadaptés au système. Il faut donc, d’après la FSU, les mettre tous en zone d’éducation prioritaire comme dans d’autres pays on met en camp de concentration pour rééduquer.


Or il est  clair  que ce système, qui rejette à la rue bon an, mal an près de 1200 élèves sans diplôme ou avec des qualifications ne leur permettant pas de s’insérer socialement et qui nous laisse pour héritage, après plus de 100 d’existence, 25% d’illettrisme,  est en échec dans sa mission d’éducation et d’enseignement. Le taux de réussite au bac (tout bac confondu) ne doit pas occulter le fait que seul 40 à 42% d’une classe d’âge obtient le BAC et que le taux de réussite à l’université en première année n’est que de 21%. L’échec de l’école actuelle en Guadeloupe commence dès la maternelle dans l’acquisition des prés acquis fondamentaux permettant aux élèves d’accéder à la lecture, l’écriture et le compter et dans le développement de leur capacité langagière. Cet échec se poursuit tout au long de leur scolarité par des méthodes et contenus pédagogiques inadaptés et qui ne tiennent pas compte de nos réalités linguistiques, culturelles, historique, environnemental et géographique. Les moyens et postes sont les outils nécessaires à la mise en place de ces méthodes et contenus mais ne peuvent à eux seuls résoudre ces questions.


Cette demande est à la fois  insultante pour notre peuple et nos élèves, car nous confinant dans la médiocrité, et illusoire, car en inversant les priorités liées à l’échec scolaire elle n’apporte aucune solution aux questions de fond posées.


D’ailleurs L’école en Guadeloupe bénéficie déjà du système ZEP dans certains endroits et tous les bilans montrent que malgré les aménagements portés, les résultats n’ont pas fondamentalement changé.


Par ailleurs la FSU pour tenter de justifier sa demande prétend que cela pourrait nous donner quelques postes supplémentaires. Faire miroiter l’acquisition de quelques moyens supplémentaires en transformant l’académie de Guadeloupe en ZEP alors que le ministère est en train de fermer 72 postes dans l’immédiat relève d’une absence de volonté  de cette  organisation de poser la question des méthodes et contenus liées à l’échec de l’école en Guadeloupe et de s’opposer à ces fermetures et à toutes celles qui pourront suivre par la suite, sous prétexte de baisse d’effectif, en liant résolution des problèmes de fond et amélioration des conditions de travail.


En réalité cette demande n’ose pas dire son véritable objectif. En bon représentant de chasseurs de prime la FSU cherche surtout à se servir de l’échec scolaire pour, à travers cette demande généraliser les primes supplémentaires attribuées à ceux qui travaillent en ZEP, accréditer  l’idée que travailler dans l’éducation en Guadeloupe est si difficile qu’il faut en plus de 40% une prime supplémentaire.


Nous ne pouvons que nous opposer à cette demande car l’école en Guadeloupe  est l’objet principal de notre analyse et sa transformation en une  école au service de notre peuple et de sa jeunesse notre combat, et dans ce combat nous mettons nos élèves au centre de nos préoccupations.       


*********** René Beauchamp

René Beauchamp SPEG

Une prise de position partagée par beaucoup d’enseignants et qui fait débat parmi les personnels de l’Education. Elle pourrait d’ailleurs radicaliser les positions des uns et des autres. 


Le SPEG, avait d’ailleurs choisi de ne rentrer dans le conflit que pour interroger l’Académie sur les moyens mis en oeuvre pour garantir les conditions d’enseignement en Guadeloupe. Une revendication reprise la semaine dernière par Max Mathiasin et Olivier Serva. Les deux députés se sont portés volontaires pour jouer les facilitateurs entre les grévistes et le rectorat afin de mettre un terme au conflit. 


Et pendant ce temps-là, les militants de la FSU étaient encore nombreux ce matin à faire le siège du Rectorat aux Abymes

FSU au Rectorat


Opinions des lecteurs

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.* Champs requis


J’accepte les conditions et la politique de confidentialité


UNITED RADIO

Current track

Title

Artist

Background