Classement sans suite et rappel à la loi, suite à la convocation de Jean-Marie Nomertin

Article de du vendredi 6 novembre 2020

Jean-Marie Nomertin s’en tire avec un rappel à la loi. Il était convoqué devant le Procureur, pour manifestation non déclarée et entrave à la circulation de véhicules sur la voie publique, suite à l’opération coup de poing du 13 octobre, à Baie-Mahault, aux côté des grévistes d’Antilles Sureté.

Nadine Fadel, avec Eddy Golabkan


L’affaire dans laquelle Jean-Marie Nomertin était convoqué, ce vendredi 06 novembre 2020, devant le procureur du tribunal judiciaire de Pointe-à-Pitre, à 10h30, a finalement été classée sans suite, avec rappel à la loi.


 

Les faits reprochés à Jean-Marie Nomertin

Il était reproché, au secrétaire général du syndicat CGTG, d’avoir organisé une manifestation au rond-point de Fonds Sarail, le 13 octobre dernier, sans l’avoir déclaré préalablement et, par ailleurs, d’avoir entravé la circulation de véhicules, sur la voie publique, à cette même date.


Souvenez-vous, ce blocage avait été organisé, dans le cadre de la grève des salariés de la société Antilles Sureté Guadeloupe, qui travaillent sur le site de l’aéroport « Guadeloupe Pôle Caraïbes ».



Suite à cet épisode, Jean-Marie Nomertin avait été convoqué, le samedi 17 octobre 2020, à la brigade de recherche.



La décision du procureur

L’audience entre Patrick Desjardin et Jean-Marie Nomertin n’aura duré que quelques minutes. Le Parquet a, donc, rapidement rendu sa décision, dans la matinée.

Nous portons à sa (NDLR : J-M Nomertin) connaissance que la présente procédure fera l’objet, ce jour, d’un classement sans suite, mais que la commission, à l’avenir, de faits nouveaux sera susceptible de donner lieu à un nouvel examen de cette procédure et à d’éventuelles poursuites.

Patrick Desjardins, procureur de la République

Réaction du secrétaire général de la CGTG

Tout ça pour ça ! Mais le procureur est dans son rôle et nous, dans le nôtre (…). Avec la crise sanitaire, il y aura plus de misère et davantage de licenciements (…). Il nous faudra être plus déterminés. C’est le prix à payer pour réussir à exister, puis pour nous affirmer (…).

Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de la CGTG

En tant que dirigeant de syndicat, Jean-Marie Nomertin assume l’opération coup de poing du 13 octobre. A cette date, les grévistes d’Antilles Sureté Guadeloupe étaient mobilisés depuis 38 jours, sans que leur direction n’ouvre le dialogue, rappelle t-il. Le dernier recours, pour se faire entendre, selon le syndicaliste, était de monter d’un cran.


Il est interrogé par Eddy Golabkan et Olivier Duflo:

©Guadeloupe La 1ère – Eddy Golabkhan et Olivier Duflo



Le soutien syndical

Une fois la convocation, pour aujourd’hui, reçue, la Confédération génrale du travil de la Guadeloupe avait émis un communiqué titré « A bas la répression judiciaire ».


Il appellait militants et sympathisants à se rassembler, ce vendredi, devant le tribunal judiciaire de Pointe-à-Pitre.

Communiqué CGTG -


©CGTG

Un appel suivi par quelques personnes :

Soutiens CGTG


©Eddy Golabkan

Soutiens CGTG


©Eddy Golabkan

Soutiens CGTG


©Eddy Golabkan


Opinions des lecteurs

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.* Champs requis


J’accepte les conditions et la politique de confidentialité


UNITED RADIO

Current track

Title

Artist

Background